Peut-on se distinguer en solo alors que l’on vient d’un des groupes les plus talentueux de la dernière décennie?
C’est là question qui doit souvent être posée à Sarah Neufeld, violoniste de talent d’Arcade Fire, groupe que l’on ne présente plus et qui a su s’imposer comme une des figures de proue de l’Indie Rock depuis le début des années 2000.

Sarah sort cette année son deuxième album solo « The Ridge » sur Paper Bag Records, sans compter celui réalisé en collaboration avec le saxophoniste Colin Stetson l’année dernière (Never Were The Way She Was sorti sur Constellation Records).

Sa musique met évidemment le violon à l’honneur. Celui-ci se retrouve à la base des boucles mélodiques hypnotiques des différentes pistes que viennent souvent renforcer les chants aux allures mystiques de Sarah. Le tout produit une musique agréable parfois mélancolique, dont la répétition savamment orchestrée et les élans mystiques pourraient nous rappeler les structures des compositions de Philip Glass.

La musique de Sarah conserve toutefois un aspect pop et entrainant, sans doute la preuve de la filiation avec Arcade Fire, contribuant ainsi à la démystification d’un instrument encore trop souvent réduit à la sphère de la musique classique dans les consciences collectives.

Sarah sera en concert à Québec le 11 Avril à l’Anti, plus d’informations ici.

Commentaires